Prière de ne pas vous organiser!

Prière de ne pas vous organiser...

Prière de ne pas vous organiser...

Ça y est!  Avec la rentrée scolaire ou de garderie derrière vous, vous avez décidé de vous lancer officiellement!!  On organise la maison.  Il y a une énergie dans l’air associée à l’automne: on retrouve la routine, les choses se placent et sont plus prévisibles.  Il y a aussi que pour bien des personnes, sans la pression du mois de janvier ni celle des résolutions du nouvel an, l’automne est vraiment un bon temps pour se fixer des objectifs et les atteindre dans un cadre temporel plus restreint.  Pour certaines d’entre nous, se donner un objectif d’ici quelques mois est tellement moins lourd que de se donner un objectif à atteindre d’ici les 12 prochains mois…

Alors, donc, vous prenez le taureau par les cornes.  On sort la circulaire du Canadian Tire pour encercler les bons contenants à acheter.  (Est-ce que c’est juste moi ou il y a toujours LE bon contenant en vente chez Canadian Tire, en plein au moment où on en a besoin?)  Ensuite vous passerez à un magasin d’effets de bureau pour trouver de belles étiquettes.  Vous avez l’œil sur les étiquettes à effet d’ardoise.  Elles vous appellent par votre prénom et vous pouvez visualiser de quoi le tout aura l’air bien rangé dans son nouveau contenant.

Sauf que…  STOP!!!

Quoi?  Une spécialiste de l’organisation qui dit de ne pas s’organiser?  Vous avez bien lu.  Je vous propose un autre défi, avant de vous organiser.  Vous voulez avoir une maison bien rangée et ordonnée?  Où il fait bon vivre?  Je vous suggère plutôt de simplifier, d’alléger la maison.

is an American author of a number of books on human development and child development

Bien que notre premier instinct soit souvent de s’organiser, on passe à côté de l’étape la plus importante.  Comme si le fait de se mettre dans l’action en achetant des contenants allait enclencher le processus et rendra l’exercice plus facile et fluide.

Et aussi parce que c’est tellement plus facile d’acheter des choses nouvelles que de se départir d’objets auxquels on s’est attaché, avec le temps.  Et même quand on sait qu’on en n’a plus besoin, ça ne rend pas ça moins difficile de s’en départir (je parle d’expérience :-) )!

Il y a tellement de raisons pour lesquelles garder des choses :

  • Des raisons sentimentales : un t-shirt de l’université qui nous rappelle de bons souvenirs, un jouet de notre enfant qui – en se fermant les yeux – nous ramène au congé de maternité (mais juste à la partie agréable, sans les nuits interrompues 😉 ), le manteau qu’on portait le soir de notre première date avec notre homme.
  • La culpabilité : Celle associée aux sous qu’on a dépensés pour un vêtement qui n’a jamais été porté, ou aux vêtements qui nous allaient avant et qu’on garde avec l’espoir que ça nous rapproche de notre objectif santé.
  • Les items juste au cas: les petites poches de ketchup individuelles, les élastiques en caoutchouc, les gobelets pour bébé quand votre plus jeune a 6 ans, les petits appareils électroménagers brisés qui-manquent-juste-une-pièce-pour-être-réparés.

Ça vous dit quelque chose à vous aussi?

Quelques trucs pour faciliter le processus de se départir de ces items:

RAISONS SENTIMENTALES : Pouvez-vous prendre une photo ou garder un bout de tissu pour le transformer en quelque chose de plus utile ou esthétique?  Sans garder tous les jouets, pouvez-vous en choisir un comme objet décoratif dans une bibliothèque?

LA CULPABILITÉ : C’est un sentiment tellement moche.  Est-ce que vous pouvez donner le vêtement que vous ne portez pas à quelqu’un de votre entourage qui en a besoin?  Est-ce que ce vêtement que vous gardez parce qu’il vous allait avant est même encore au goût du jour?  C’est plus facile à dire qu’à faire mais lâchez prise, des erreurs on en fait toutes.  Mais garder cet item par culpabilité ne vous fera pas sentir mieux.  Au contraire.

LE JUSTE-AU-CAS OU LE MONSTRE DE LA PEUR D’EN MANQUER : Posez-vous la question : est-ce facile à remplacer?  Si non, mettez vous une limite sur la quantité à garder.  Et respectez la!

Surtout, le plus grand point à considérer?  Ultimement il faut se dire que si vous le rangez, c’est peut-être parce que vous ne l’utilisez pas vraiment?  Ou vu d’un autre angle : si vous vous en départissez, vous n’aurez pas à le ranger ni à l’organiser :-)  !

Donc en résumé des étapes :

1. Simplifiez, allégez. Regardez tout ce que vous avez chez vous d’un œil nouveau en vous demandant si cet objet est utile ou esthétique…  Cette citation, bien qu’elle soit idéaliste, est un bon compas lorsqu’on fait le tri…

n'ayez rien dans votre maison que vous ne pensiez utile ou que vous ne trouviez beau.

2. Pour les items dont vous souhaitez vous départir, vous avez deux options :

  • La vente : kijiji, LesPACs, vente de garage, bazar, etc. Trouvez la solution qui vous convient le mieux.
  • Le don : trouvez l’organisme qui s’aligne avec vos valeurs et/ou qui répond à vos besoins. Super occupée?  Trouvez un organisme qui vient chercher les items chez vous!

***Il faut absolument avoir un plan pour sortir ces items de chez vous rapidement, sinon ils ont un curieux talent pour se réinstaller dans vos affaires. Croyez moi, si vous mettez les items dans une boîte ouverte dans votre garage sans plan concret pour vous en départir, et que vous passez à côté chaque jour? Je vous garantis que l’item va revenir par lui-même dans la maison.

Les objectifs SMART sont utiles ici : spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporels.  Ex : je vais aller porter une boîte de vêtements dont je ne me sers plus au Centre d’action bénévole jeudi soir en revenant du travail puisqu’ils sont ouverts jusqu’à 19h.

3. Apprenez à dire non lorsque les gens de votre entourage souhaitent vous faire don de leurs items, à moins que vous en ayez vraiment besoin. Vous connaissez tous quelqu’un de votre cercle qui a cette tendance.  C’est difficile de dire non?  Dites leur que vous allez vérifier chez vous pour voir si vous avez déjà quelque chose de similaire et que vous leur reviendrez, c’est souvent plus facile de dire non sans la pression de l’immédiat.

Il vous reste encore des choses à ranger?  Allez-y!

Finalement?  Trouvez-vous des systèmes qui fonctionnent pour gérer ce qui entre quotidiennement dans la maison.

Mon top 3 pour les sytèmes?

  1. Rangez les items là où vous les utilisez le plus souvent. Vous faites la couette de votre cocotte dans la cuisine pendant qu’elle déjeune?  Rangez une brosse et des élastiques dans la cuisine!
  1. Triez le courrier et les circulaires dès que vous mettez le pied dans la maison (ou même avant si votre bac bleu est dehors), ça évite d’avoir un Publisac errant dans le salon.
  1. Tous les papiers d’école qui entrent, la liste des repas de la semaine, les papiers de levée de fonds du cours de gym, les invitations de fête? Vous ne savez plus comment vous y prendre?  Le classeur familial est un bon exemple pour les parents d’enfants d’âge préscolaire ou scolaire.  C’est la façon la plus simple, instinctive et conviviale pour organiser la paperasse qu’on manipule le plus souvent.  Sans vouloir être trop dramatique… ça change une vie!

Nous discutons en détail de ces sytèmes et bien d’autres dans l’atelier sur l’organisation familiale «Maman OrganiZen» offert le 14 octobre. Joignez-vous à nous !  Bonne organisation à toutes!  Et vous verrez comme on dort bien après un bon tri!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>